tour

Suite de notre article sur la construction d’une tour écologique à Dijon.

Pour économiser l’énergie et limiter les rejets des gaz à effets de serre, aucun détail ne fut négligé. La tour de 33,50 mètres de hauteur, avec 5000 m2 de bureaux répartis sur 10 niveaux, est à ce jour le bâtiment tertiaire le plus sobre au monde sur le plan énergétique et environnemental, notamment en matière de rejets de gaz à effet de serre (6 fois moins de rejets qu’un bâtiment “classique”). Les études de R&D ont duré six mois.
Elle a vocation à devenir un véritable laboratoire d’expérimentation énergétique. Equipée de plus de 1600 capteurs répartis sur l’ensemble de la structure, toutes les consommations seront minutieusement affichées, auscultées, analysées et feront l’objet de publications scientifiques. Le bâtiment sera ouvert aux scientifiques, chercheurs et universitaires. Une telle performance ne pouvait pas laisser indifférente l’Ademe. L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie va installer ses bureaux sur trois niveaux de la tour.

 

Innovations, économie et santé

Les choix qui ont été faits participent d’une nouvelle pensée de la construction. Les installations contribuent autant au confort et à la santé de l’occupant. Le bâtiment n’aura pas recours à une climatisation énergivore mais disposera d’un bouclier solaire aux formes asymétriques, conjuguant esthétisme et fonctionnalité. Les utilisateurs seront protégés et bénéficieront d’un champ de vision important, puisque tous les bureaux de la tour auront un accès direct à la lumière naturelle, limitant les éclairages artificiels. Un réseau d’éclairage nomade est conçu pour les postes de travail. L’utilisation de composants d’isolation recyclés comme la ouate de cellulose, le recours à des vitrages adaptés aux conditions climatiques et d’ensoleillement du site, la préférence donnée à l’aluminium matériau plus durable demandant peu d’entretien sont des atouts considérables.
La chaufferie bois, consommant 10 m3 de bois par an, complète la principale source énergétique du bâtiment est la production solaire photovoltaïque. La pile photovoltaïque de 560 m2 intégrée en toiture fournira 82 000 kWh d’électricité par an.
Les ingénieurs d’Elithis ont également inventé un système hybride de ventilation double flux, le système breveté permet le rafraîchissement gratuit des locaux. Le traitement de l’air neuf se fait par système adiabatique.


Alors que le bâtiment est inauguré jeudi 2 avril, le directeur général d’Elithis, Thierry Bièvre, semble déjà porté vers d’autres horizons : « 
L’aventure pionnière « Tour Elithis » ne fait que commencer. Elle a vocation à être exemplaire mais d’une exemplarité tout autant porteuse de progrès avérés que de nouveaux défis à relever. »

 

Tags: