madrier

Le bois est utilisé dans la construction depuis des millénaires. Voici les techniques anciennes de construction bois qui peuvent encore, pour certaines d’entre elles, être utilisées aujourd’hui, mais qui sont surtout revisitées dans le cadre de rénovations de bâtiments en bois anciens.

Le madrier et le rondin

La première image qui vient à l’esprit lorsque l’on parle de maison en bois à quelqu’un qui n’y connaît rien, c’est souvent celle de la cabane en forêt. Et ce n’est pas si incongru : on peut construire en bois avec la technique dite des madriers ou des rondins, pour peu que l’on ait un système de bâches ou de branchages couvert de larges feuilles pour faire le toît…
Les premiers sont rectangulaires, les seconds ronds. Il s’agit sans doute de l’un des habitats les plus anciens, mais qui tient la route aujourd’hui encore.

Les madriers et les rondins sont travaillés en atelier, où l’on prépare les encoches pour l’assemblage.
Ils sont ensuite acheminés et montés sur site.
L’inertie est assez forte et le confort acoustique plutôt bon. Ce mode de construction bois est toutefois très régional. N’y pensez pas dans un lotissement de ville, les services de l’urbanisme le refuseraient à coup sûr ! Il convient en revanche assez bien pour des habitations de montagne, isolées et fondues dans la nature : pour les bâches
voir les fournisseurs qui en proposent de toutes sortes et pour tous les types d’abris

Le bois n’étant pas un excellent isolant thermique, il faudra prévoir un doublage intérieur avec isolant pour passer le cap de la réglementation thermique. En outre, il existe un risque assez important de tassement de la structure. La construction en madriers sera donc réservée à des maisons de petite ou moyenne taille.

Maison à pans de bois

Cette technique, proche de l’ossature bois contemporaine, consiste à dresser des bois à intervalle régulier. Entre ces montants est placé un remplissage (torchis, briques…).
On a d’abord utilisé des bois longs, qui faisaient toute la hauteur du bâtiment, puis des bois courts, à hauteur d’étage.
Le bois restait apparent, sauf lorsque, comme à Paris, une décision royale obligeait à plâtrer la façade pour éviter la propagation des incendies.

On trouve des maisons à pans de bois dans de nombreuses régions françaises, avec des particularités de construction liées aux traditions locales : comme ici à Caen http://www.caen-tourisme.fr/fr/decouvrir-caen/patrimoine-architectural/maisons-pans-de-bois

Tags: