mur-mexico

Inventeur du gazon en rouleaux et de nombreuses innovations dans le domaine de la végétalisation

A 78 ans, Michel Chamoulaud peut s’enorgueillir d’une longue et fructueuse carrière d’inventeur. Car il n’a jamais cessé de créer, avec la satisfaction de voir ses inventions rencontrer le succès.

Parmi ses nombreuses créations, Michel Chamoulaud est notamment le créateur du tapis de gazon en rouleau, breveté en 1976 sous la marque déposée « Tapis minute ». Le succès dépasse les frontières de l’hexagone : le produit est distribué aux Etats-Unis, en Suède, au Japon. Dix ans plus tard, Michel Chamoulaud met au point, sur le même principe, le tapis de fleurs, qui séduit les communes pour la décoration florale des espaces verts.

mur-vegetal En 2001, il dépose un brevet concernant la végétalisation des murs et des toitures. Ce projet lui a demandé de résoudre plusieurs problèmes, notamment la régulation de l’apport d’eau pour humidifier en permanence le système racinaire des plantes. En 2002, il présente son mur végétal au concours de l’innovation et décroche un prix. « Ce prix m’a aidé à affiner mon étude de marché. A l’époque, Téléshopping récompensait les lauréats en leur offrant un stand pendant la Foire de Paris à la Porte de Versailles. J’y ai rencontré beaucoup de gens et ça m’a permis de me conforter dans l’idée que mon invention avait du potentiel ».

Michel Chamoulaud est un homme persévérant, qui ne baisse pas les bras devant les difficultés rencontrées mais qui sait aussi écouter les autres et se faire conseiller : « On n’a jamais un jugement juste sur soi-même. Il est important de prendre des avis compétents et de ne pas vouloir tout faire, tout maîtriser. A chacun son métier ». Lui est avant tout un apporteur d’idées, qu’il développe, qu’il peaufine. Une fois que le prototype est au point, il dépose un brevet et recherche des licenciés pour la fabrication et la commercialisation.

Mais auparavant, il vérifie toujours que les problèmes techniques, logistiques et marketing soient gérables : « A quoi bon en effet dépenser du temps et aussi de l’argent pour mettre au point une invention qui coûterait une fortune à fabriquer, qui poserait par exemple de gros problèmes de transport ou de stockage et dont, au final, le prix de vente serait rédhibitoire».

Tags: