Le chauffage de l’habitat : bois et pompe à chaleur

Le chauffage de l’habitat : bois et pompe à chaleur

Le bois énergie

Cette énergie renouvelable et abondante peut être disponible localement. Elle est neutre au regard de l’effet de serre : en brûlant, le bois émet le CO2 qu’il avait fixé lors de sa croissance. L’utilisation du bois permet de diviser les émissions de CO2 par 12 par rapport au fioul et par 6 par rapport au gaz.


Souvent utilisé comme appoint dans une cheminée, un insert ou un poêle, le bois devient l’énergie principale de chauffage grâce aux progrès des équipements : chaudières très performantes, alimentation automatique avec des granulés ou du bois déchiqueté. Une chaudière à bois peut être un excellent appoint pour une installation de chauffage solaire.

Le bois-énergie consiste en la valorisation énergétique des sous-produits forestiers (branchages, petits bois, etc.) et industriels (écorces, sciures, copeaux, etc.). Grâce à une automatisation complète (alimentation, combustion et évacuation des cendres), le chauffage au bois permet une grande simplicité d’utilisation tant pour les particuliers que pour les industriels ou les collectivités. D’après le ministère de l’Industrie, le bois-énergie est une des solutions les plus économiques, loin devant l’électricité ou le fuel.


Le coût : Pour une chaudière automatique à granulés de bois, il faut compter 12000 €/TTC pour une installation 20 kW comprenant chaudière, régulation et silo.

La pompe à chaleur ou PAC

Ce système électrique récupère l’énergie gratuite et inépuisable stockée dans le sol, l’air ou l’eau des nappes et la restitue pour chauffer la maison. Pour 1 kWh d’électricité consommé, une PAC restitue de 2 à 4 kWh de chaleur. Ces pompes sont destinées au chauffage  (comme les pompes à chaleur pour piscine sta rite ou les pompes piscines kripsol ) et à la climatisation ou au rafraîchissement de tous types de bâtiments (de l’habitat individuel aux immeubles du grand tertiaire).

Les PAC géothermiques récupèrent la chaleur du sol ou celle d’une nappe phréatique. La chaleur captée est utilisée pour le chauffage ou transformée en électricité par le biais d’une turbine à vapeur qui génère de l’électricité.

Les PAC aérothermiques récupèrent les calories de l’air. Elles sont parfois moins performantes mais plus simples à mettre en œuvre. Certaines PAC dites réversibles se transforment en système de rafraîchissement.


Le coût : à partir de 6500 €/ TTC

 

 

rédaction

Les commentaires sont fermés.