Chauffage – Et pourquoi pas un radiateur à inertie ?

Avec les beaux jours, en avant les envies de rénovation et de bricolage. C’est le moment pour alléger son budget et anticiper les grands froids en revisitant son installation chauffage.

POURQUOI JE CHOISIS UN RADIATEUR A INERTIE ?

Un radiateur à inertie procure le confort d’un chauffage central avec une chaleur douce et homogène, un air qui n’est pas desséché et sans chaudière, sans gros travaux d’installation et sans entretien. Le radiateur à inertie chauffe ainsi votre pièce du sol au plafond avec une température homogène. Vous pouvez également choisir des modèles avec thermostat. Economiques, ces appareils ont la particularité de diffuser encore leur chaleur pendant un certain temps, même éteints.

COMMENT CA MARCHE ?

Vous avez le choix : convecteur, panneau rayonnant, radiateur à chaleur douce, accumulauteur…optez pour un radiateur à inertie qui vous donnera le même confort qu’un chauffage central, par rayonnement. La résistance sèche : Il en existe 3 types, soit à coeur céramique, soit à resistance surfacique, soit en fonte active. A fluide caloporteur : procure un point chaud permanent inférieur à 90° et contient un fluide caloporteur dans lequel a été plongée une résistance électrique. La surface d’échange thermique est importante.

Côté installation, c’est très simple : il suffit de les fixer au mur et de les raccorder au circuit électrique.

CALCULEZ LA PUISSANCE NECESSAIRE

Calculez la surface de votre pièce en m2, multipliez-la par votre hauteur sous-plafond vous obtiendrez le volume de votre pièce en m3. Suivant les rapports suivants vous saurez quelle puissance adapter à votre pièce: 30/40 m3: puissance de 1000 à 1300 W, 60/70 m3: puissance de 2000 à 2300 W, pour 100 m3: puissance de 3200 W. Ces rapports s’entendent pour des pièces parfaitement isolées.  De plus, la puissance dépend aussi de la température extérieure, de la région que l’on habite, de la qualité de l’isolation et de l’importance des surfaces vitrées de la pièce.

De manière générale, pour une hauteur sous plafond de 2.50 m, on compte 80 Watts par m2 pour une pièce bien isolée et 100 Watts par m2 pour une pièce moyennement isolée.